Free flow

Le Võ dans l'histoire du Viêt-nam

Il est difficile de déterminer avec exactitude quand est né le Võ. Ce terme désigne l’ensemble des techniques mises au point par le peuple vietnamien afin de se défendre, et ce depuis des temps immémoriaux.

 

On observe cependant un essor significatif sous le règne de la dynastie Hung Vuong (VII-IIIème siècle avant J.C). L’accent était alors mis sur le maniement des armes (Võ Khi) telles que le poignard, le sabre, la lance, etc...

 

Viet_Nam_Trong.png

 

A plusieurs reprises, le Viêtnam dû faire face aux velléités expansionnistes de son voisin chinois. Cette menace a contribué à la diffusion des techniques, tant au niveau individuel qu’à l’échelle d’une armée. Devant l’écrasante supériorité numérique et logistique des assaillants, les maîtres durent mettre au point des techniques basées sur l’esquive sans résistance et l’utilisation de la souplesse face à la force.

 

Après une longue résistance et malgré le développement de techniques de guérilla, les Chinois s’imposèrent et occupèrent le pays pendant dix siècles (de 111 à 938). Au cours de cette période, le Viêtnam subit l’influence chinoise, tant au niveau de l’organisation administrative que de la pensée. La pratique du Võ se poursuivit en secret, permettant de nombreux soulèvements, comme celui des soeurs Trung.

 

trung1.jpg

 

En 938, Ngo Quyen chassa l’envahisseur chinois. Le Võ connût alors un important développement, jouant un rôle capital dans l’éducation du peuple. Influencée par les Tam Giao (les trois enseignements, Bouddhisme, Taoïsme et Confucianisme), la pratique va connaître une division fondamentale.

 

Ngo_Quyen.jpg

 

D’un côté, une partie des pratiquants mit l’Art de la guerre au service de l’Etat. D’autre part, un certain nombre de maîtres refusèrent d’intégrer le corps militaire pour se consacrer au développement de la technique, souvent en s’isolant. N’acceptant que peu de disciples, ils créèrent des systèmes complets incluant la maîtrise des échecs chinois ou de la calligraphie.

 

Par la suite, les Mongols tentèrent d’envahir le pays. Pour les contrer, une armée populaire fut créée, réunissant tous les maîtres du pays. Elle triompha de l’ennemi, renforçant ainsi le prestige du Võ dans les pays voisins.

 

Au XVème siècle, la dynastie Tran jugea qu’il était dangereux que le peuple étudie le Võ et interdit la pratique par les civils. La division entre l’armée et le peuple fut telle que lorsque la dynastie chinoise des Ming envahit le pays, la résistance fut inefficace. Encore une fois, c’est grâce aux sociétés secrètes pratiquant le Võ que les Chinois furent chassés.

 

Par la suite, d’importantes rivalités entraînèrent la division du Võ en trois courants. Le Võ Bac Ninh dans le Nord, le Võ Quang Ninh au Centre et le Võ Bin Dinh au Sud.

 

Durant la colonisation française (1887-1945) le Võ fut interdit, mais continua à se pratiquer en secret. Après l'annonce de l'indépendance, il fallut attendre que le gouvernement autorise l'ouverture de l'école Võvinam en 1950 pour que le Võ devienne à nouveau accessible à l'ensemble de la population. Une fédération, la Tong Hoi Vo Hoc Viêt-Nam, fondée dans les années 1960, encouragea le développement de cet art martial. A nouveau interdit de 1975 à 1988 car jugé trop réactionnaire, le Võ réapparut et une nouvelle fédération, la Lien Doan Vo Co Truyen Viêt-Nam, fut créée.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article