Free flow

Village des Pruniers

 

Tout récemment j’ai eu l’occasion de séjourner une semaine au Village des Pruniers, un centre bouddhiste situé en Dordogne. Créé il y a 30 ans, le village accueille des moines, des nonnes et des laïques pour des retraites de durée variable.

 

IMG_0242-vi.jpg

 

Le lieu a été fondé par Thich Nhat Hanh, un moine vietnamien en exil. Né en 1926 dans la région de Hue, il devient moine zen à 16 ans. Partisan d'un Bouddhisme engagé, il créé en 1964 l'Ecole de la jeunesse au service social, fondée sur la non-violence et la réconciliation. La non discrimination et l'absence de parti pris de ses membres pour l'un ou l'autre des belligérants provoquent l'hostilité et nombre de ces jeunes viêtnamiens perdent la vie. A l'occasion d'une tournée en Occident en 1966 pour présenter les atrocités de la guerre, il est interdit de retour dans son pays par le gouvernement du Sud. Il s'installera alors en France, poursuivant des études de religions comparées et s'engageant dans la promotion du Bouddhisme en Occident. Il fonde le Village des Pruniers en 1982 et effectue des voyages dans le monde entier pour favoriser le développement de la non-violence et de la pleine conscience.

 

thay.jpeg

L’un des aspects fondamentaux du bouddhisme que Thich Nhat Hanh met en avant est la Pleine Conscience.  I s’agit d’une méthode permettant de centrer son attention sur l’instant présent. Elle consiste à être entier dans ses actions en y impliquant l’ensemble de la personne (son esprit, son corps, ses émotions). Cette capacité de concentration est cultivée par la méditation mais tend à être employée dans chaque action du quotidien (marche, repas, vaisselle…). Plus qu’une croyance, la Pleine Conscience est une attitude envers la vie et n’implique aucune adhésion à un dogme. Elle peut donc être pratiquée par des gens de toutes confessions ou opinions.

 

images.jpeg

 

Le fonctionnement du village est organisé autour de cette pratique, et de nombreux éléments favorisent le retour de l’attention à l’instant présent. Ainsi, de petits poèmes sont accrochés un peu partout (lavabo, douches,  et jusque dans les toilettes, car la différence entre le profane et le sacré n’existe que dans notre esprit !) pour nous permettre de nous recentrer sur l’ici et maintenant et d’en apprécier la beauté. 

 

IMAG0028.jpg

 

Une journée type commence à 5h30 par une séance de méditation d’environ 30 min, suivi par un peu d’exercice ou de Qi Gong. Vient ensuite l’heure du petit déjeuner. Au village des Pruniers, la nourriture est entièrement végétalienne (aucun produit d’origine animale). C’est un peu déroutant au départ mais on s’habitue facilement, d’autant plus que les nonnes sont d’excellentes cuisinières et mélangent saveurs occidentales et asiatiques. J’ai également constaté qu’une nourriture légère permet de soulager le corps et l’esprit en leur demandant moins de travail pour digérer. Le reste de la matinée est généralement consacrée à l’étude des enseignements de Thây et parfois à de la marche en Pleine Conscience. Après le déjeuner, un moment de repos puis souvent un groupe de parole. Vient l’heure du dîner, suivi d’une courte méditation avant l’heure du coucher, à 21h, puisqu’il faut être d’attaque pour le lendemain.

 

 

IMAG0022.jpg

Il est important de préciser que pour les laïques, rien n’est obligatoire. Personne ne vient nous tirer du lit le matin ni ne fait les gros yeux si vous « séchez » un moment ou un autre. Cette attitude de tolérance est vraiment appréciable et fait la vraie richesse de la vie au centre. Au départ j’étais assez déçu car nous recevions peu d’indications sur la manière de méditer et j’étais parfois un peu désemparé. Venu chercher une technique, je déplorais le fait que personne ne me l’enseigne. Mais j’ai finalement reçu beaucoup plus en passant cette semaine dans une atmosphère de douceur, d’ouverture et de partage. A découvrir donc !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article